Cichlidés du lac malawi

 

 

MALAWI OUI OUI !!!
 

Parce que les cichlidés sont un peu les “Einstein” de la gente poisson, une grande partie des amateurs se tourne vers cette famille. La région dite “des lacs” en Afrique de l’Est est une manne pour l’aquariophile :  Lac Malawi, Tanganika, Victoria - parmi les plus connus - offrent une biodiversité étonnante. Le lac Malawi, à lui seul compose un écosystème de 80 km de large pour 600 km de long avec une profondeur maximale de plus de 700 m… Seules deux rivières y sont reliées et le volume global se renouvelle en dix ans contre 30 jours pour le Tanganyika. C’est le royaume des cichlidés : des centaines d’espèces… souvent spécifiques au lac Malawi (espèces endémiques).
Mais l’un des points les plus étonnants est les variété remarquées par espèce. L’alternance de rivages rocheux (1/3 des côtes), zones sableuses et herbiers (estuaires) a favorisé au cours des siècles la formation de sous-espèces nombreuses, particulièrement intéressantes pour comprendre l’évolution animale.
L’aquariophile divise généralement les cichlidés Malawi en deux groupes : les“M’bunas” (brouteurs d’algues) et les “Haplos” (carnassiers) 
incorrectement nommés puisque les Haplochromis vivent dans le lac Victoria
(Cependant il existe sur le marché aquariophile des poissons ne correspondant
pas précisément à un des deux groupes, tel que les Aulonocaras ou
labidochromis, se nourrissant plutôt d’insectes ou de plancton)..
 

Comment les garder ?
Les “cichlidophiles Malawi” font généralement au départ un choix basique
déterminant la vocation du bac :  l’aquarium devant recréer le plus
fidèlement possible des conditions optimales,  permettant ainsi l’observation
du comportement, reproduction et survie d’alevins, aquarium décoratif… un
peu des deux…
Bien qu’il n’y ai pas de règle stricte, les amateurs  gardent parfois un des
deux groupes seuls de poissons (Haplos ou M’bunas) afin d’aménager au mieux
le bac. :
 

Les M’bunas : en milieu naturel, sont des poissons vivants sur les rivages
composés d’éboulements rocheux. Les mâles en période de reproduction sont
souvent territoriaux parmi les roches. La densité des populations y est
cependant impressionnante. Dans cette optique, on recrée en aquarium un
simulis d’éboulement. On surpeuple légèrement l’aquarium afin de neutraliser
les comportements agressifs. Paradoxalement aussi, une décor rocheux
important sécurise les poissons.

Les “Haplos” sont des animaux nageant en eau libre et/ou chassant à l’affût.
De par leur taille, on limite le décor en prenant soin de laisser une surface
libre sur la partie avant de l’aquarium importante. Carnassiers, ils se
jetteront probablement avec gourmandise sur le moindre alevin nageant en eau
libre dans le bac. Peu de chance donc de pouvoir réussir reproduction et
élevage dans le bac principal.

L'incubation Buccale est pratiquée par les cichlidés du Malawi (seul un
cichlidé dans le lac, Tilapia rendalli ne pratique pas ce mode de
conservation des œufs). Après fécondation des œufs par le mâle, la femelle
les récupère par la bouche et les garde durant trois semaines, ne se
nourrissant pas durant cette période.
Deux possibilités pour l’élevage et récupérer les alevins :
- installer un décor rocheux composé de nombreuses cachettes et permettant
d’espérer la survie de quelques alevins (possible dans un grand bac de
M’bunas avec décor rocheux).
- Isoler la femelle dans un bac avant qu’elle ne recrache ses alevins.
- Faire recracher manuellement à la femelle ses alevins dans un aquarium
d'élevage..
 

La plantation : de par le fait qu’il est nécessaire d’avoir une eau très
oxygénée, les plantes poussent mal, voir végètent. Tentez des anubias fixées
aux roches qui apporteront une teinte de vert dans le bac et résisteront au
déracinement par les poissons.
 

L’eau du Malawi a un pH alcalin (environ 8,3).: pour stabiliser le pH au
dessus de 8, on augmente le KH . Pour ce faire, il est d’usage de filtrer sur
sable de corail, ou encore d’utiliser des roches calcaires  pour le décor ou
un sable de corail également.
Pour stabiliser ces valeurs et répondre aux besoins en oxygène des poissons,
on favorise au maximum les échanges air/eau. Ainsi, on brasse la surface à
l’aide d’une ou plusieurs pompes à eau (type Maxijet, Aquacleare etc.…).
 

La température : Dans la nature, la température varie suivant les saisons,
oscillant entre 20 et 30°C. Autant dire que les poissons ont une grande
tolérance. Une température en aquarium constante de 26°C est optimale
permettant le confort des poissons et la reproduction.
Le filtre peut-être un bac à décantation intérieur ou extérieur, ou encore
une grosse pompe refoulante extérieure. Les cichlidés étant réputés gros
pollueurs, le filtre doit assurer efficacement sa double fonction mécanique
et biologique : extraction des déchets et cycle de l’azote assuré jusqu’aux
nitrates.
 

L’idéal un bac à décantation en dessous de l’aquarium, avec bio-balles en
à-mont des matières filtrantes, permettant une oxygénation maximale de l’eau.
Une cuve de débordement dans l’aquarium évite également tout film gras en
surface.
Changement des masses filtrantes mécaniques une fois par semaine ou mieux en
garder une petite partie rincée avec de l’eau de l’aquarium (voir encadré
“mésaventure” sur la page suivante…)..
Les changements d’eau 1/3 par semaine - voir plus pour une grosse densité de
population - Je change personnellement la moitié de l’eau de mon bac  par
semaine (âgé de plus de trois ans et très peuplé…) avec un taux de nitrates
stable en dessous de 50mg.
 

L’idéal : installation en plus d’un dénitrateur au souffre permettant des
taux de nitrates inférieur à 30mg.
 

La nourriture :
pour les M’bunas essentiellement alguivores, des paillettes végétales avec
une fois par semaine nourriture vivante (artémias par exemple mais jamais de
vers de vase) et une feuille de salade pochée.
Les  Haplos : Paillettes pour cichlidés, crevettes congelées artémias
congelés ou vivants etc.
 

Bibliographie

Le guide "back to nature" des cichlidés du Malawi, d’Ad Konings

"Cichlidés Africains espèces d’Afrique Orientale", Ed Tetra
 

Article écrit le 03/11/02 par Lionel